logo page mes expériences avec le paranormal ou quand le paranormal devient normal
 
Première expérience d'incorporation
 

Après tout ce que j’avais vécu de bizarre, je me disais que plus rien ne pouvait me surprendre, du moins, dans le domaine de la voyance et du paranormal. J’allais vraiment découvrir quelque chose qui, je le pensais à l’époque, ne pouvait arriver que dans les films fantastiques et me donna quand même la peur de ma vie et une angoisse que, depuis et heureusement, je n’ai jamais ressenti à ce point, tant je n’étais pas préparé à cette expérience pour le moins pas banale.

En effet, j’avais, comme je le faisais souvent à l’époque, invité une très bonne amie chez moi à venir discuter de nos vies respectives autour d’une tasse de café. Eléonore (faux prénom pour préserver l’anonymat) et moi avions l’habitude de ce genre de soirées décontractées où chacun de nous se laissait aller à raconter sa vie selon l’humeur du moment, mes enfants étant occupés à jouer dans leur chambre avec ma nièce qui, ce soir là devait dormir chez moi, nous étions loin de nous imaginer ce qui allait suivre.

Alors que nous discutions de notre célibat réciproque, et d’un certain raz le bol à vivre seul, tout se passait alors normalement jusqu’au moment où, alors qu’Eléonore buvait sa tasse de thé, elle vit, dans mon salon, ses parents décédés depuis déjà des années, plantés devant elle, en trois dimensions, d’abord tout petit puis grandissant au fur et à mesure qu’elle me les décrivait. De mon côté, je pouvais simplement sentir les courants d’air venir à moi, ce qui renforçait les dires de mon amie et surtout apportait une preuve qu’elle ne rêvait pas. De toute façon Eléonore n’était et n’est toujours pas ,d’ailleurs, une personne à fabuler ou à raconter des bêtises. C’était pour elle l’occasion de revoir ses parents et j’en étais vraiment content d’autant que j’assistais en direct à la scène. Je pouvais sentir les déplacements des ses parents dans mon salon avec en plus les détails que me donnait Eléonore sur le physique ainsi que le comportement des 2 personnes.

Elle me disait voir son père lui sourire, ses parents s’approcher d’elle, sa mère l’envelopper comme une mère enveloppe son enfant, le rêve pour quelqu’un qui n’a jamais vécu cela. Je crois que l’on était vraiment ému tous les deux devant un tel phénomène.

Les choses allaient, malheureusement, basculer dans un autre registre à cause de mon inexpérience de l’époque quand je dis à Eléonore qu’elle devrait profiter de la vie et qu’elle finirait par tomber sur un gars avec qui, la petite fleur qu’est l’amour pourrait éclore et la rendre heureuse.

Je crois que ce que je venais de dire n’était pas du goût de son père car Eléonore me dit qu’il ne souriait plus et que sa tête avait disparaissait, et pour cause, la mienne se transformait ce qui me fit paniquer comme jamais cela ne m’était arrivé.

Je sentais alors quelque chose d’invisible pénétrer mon corps par le haut, ma voix n’était plus la mienne mais quelque chose de grave qui semblait sorti de mon estomac. Je luttais tellement contre cela, angoissant en même temps, que je me croyais possédé (je sais que ça n’est pas du tout cela aujourd’hui). Je criais : « je suis possédé » tout en récitant ma prière comme je pouvais car je ne contrôlais plus le mouvement de mes lèvres, ma tête n’étant plus la mienne, du moins en apparence. Je la sentais de déformer au niveau des joue, de la position de mes oreilles.

J’avais tellement peur que je virais mon amie sans savoir pourquoi, tout en priant et répétant que j’étais possédé. Je me retrouvais sur le palier de mon appartement dans cet état puis courrais rejoindre ma pièce où là, je me savais en sécurité, protégé par les miens. Eléonore ne partis pas et je l’en remercie encore aujourd’hui. Après avoir fait mine de s’en aller, elle vint me rejoindre dans ma pièce, posa ses mains sur mes épaules, me réconfortant en me disant que tout était fini, que son père était là mais ne me voulait aucun mal.

Le temps de me calmer, de chasser mon angoisse profonde, on repartait discuter et boire un café dans le salon, tout semblait être rentré dans l’ordre. Par la suite Eléonore et moi n’avions pas pu nous voir seuls mais toujours en compagnie d’une autre personne à cause de cette mauvaise expérience, vous comprendrez certainement pourquoi.

Avec le recul, je sais qu’à l’époque, je n’étais pas du tout préparé à vivre cela et au lieu de le prendre comme un cadeau du ciel, j’en ai eu une peur bleue alors que je venais simplement de vivre ce qu’on appelle, être investi par quelqu’un, une personne partie qui veut simplement parler à ses proches, et non être possédé comme je l’ai cru à ce moment.

Voilà encore une preuve qui m’était que nous ne sommes pas seuls sur terre mais surtout qu’il y a une vie après la vie.

 

 
 
 
ange tournant